Me ne frego

« Me ne frego », expression de l’argot argentin d’origine italienne que l’on peut comprendre comme « je m’en fiche », est en accord avec le type de langage artistique cultivé par l’auteur qui se caractérise par le recours à l’humour corrosif, la parodie et l’ironie. Ces pièces traitent la problématique environnementale, rendant visible la déprédation de la planète par notre espèce.
Sceptique et parodique, Forchino propose un ensemble d’installations dans lesquelles ses personnages singuliers sont l’exemple typique de scènes propres à la catastrophe environnementale contemporaine. Dans Impávido et Me ne frego 1, ses personnages sont plongés dans un environnement contaminé par des déchets plastiques. Me ne frego 2 fait référence à ce qu’on appelle une « marée noire » qui résulte du déversement d’hydrocarbures dans le milieu marin. Finalement, Tomando sol en el lago thématise le très grave problème de la désertification, de la dégradation des terres et de la sécheresse qui affecte fortement de nombreux territoires.
Sabina Florio. Docteur en lettres et sciences humaines UNR